En savoir plus sur les séances individuelles de Sophro-analyse

1ère étape : Sur le chemin de l’intériorité, se centrer.

  • Prendre conscience de soi, dans sa globalité : corps – mental – émotions – énergie.
  • Développer une écoute corporelle, émotionnelle, mentale et énergétique.
  • Respirer, se relaxer et se centrer ; installer des ancrages de calme
  • Trouver en soi le point tranquille et conscient qui écoute sans juger, qui observe avec recul et sagesse, ce qui se passe en soi-même.

2ème étape : Mieux se connaître

Retracer sur une ligne la chronologie des grands événements de sa vie :

  • De la conception à la naissance : Décodage de la vie intra-utérine et des premières empreintes et croyances sur soi-même, les autres, sur la vie.
  • La naissance : Retrouver l’énergie de cette première rencontre avec le monde et ses conséquences actuelles (cf sous-menu).
  • Revisiter son enfance : Rencontrer son enfant intérieur et reconnaître ses ressources, ses blessures et ses croyances.
  • Dans la vie adulte, observer les choix de vie, ce qui se répète sur les plans affectif, professionnel, au niveau de la santé …
  • Et aujourd’hui, observer comment toutes ces expériences de vie sont toujours présentes en vous-même. Identifier vos scénarios de vie.
  • Avant la conception, découvrir son héritage psycho-généalogique, ses ressources et ses limites, et notamment celui légué par ses parents au niveau énergétique.

Ainsi prendre conscience des mécanicités : pensées, émotions et comportements conditionnés par le passé et qui se répètent dans la vie présente.

  • Rencontrer les différents « moi » : le parent, l’adulte, l’enfant intérieur, et aussi les différentes facettes de votre personnalité.
  • Mise en lumière de la pression subie pour être celle ou celui que vous croyez devoir être aux yeux des autres et de vous-même, pour être aimé(e), vivre heureux …

3ème étape : Restructuration émotionnelle. En route vers la réconciliation, la reconnaissance de soi, la légèreté, la paix, la joie intérieure.

Nous arrivons ainsi à un travail de restructuration émotionnelle qui permettra de :

  • Pacifier son histoire, être libre de son passé.
  • Revisiter en conscience les principales empreintes.
  • Traverser l’énergie des images intérieures liées aux événements douloureux et se libérer de leur emprise.
  • Se dégager des liens transgénérationnels bloquants.
  • Refaire circuler l’énergie après les traumatismes et repartir allégé du poids du passé.
  • S’accepter.
  • Sortir de la quête d’une identité étrangère à son moi profond.
  • Découvrir qui vous êtes vraiment et ne plus se laisser entrainer par des impulsions mentales, émotionnelles ou corporelles.
  • Voir la réalité telle qu’elle est; Etre avec ce qui est ; Avancer librement.
  • Sortir des projections, des interprétations et du jugement.
  • Sortir de la dualité et du cloisonnement «possible / impossible » « vrai / faux ».
  • Pratiquer le dialogue intérieur.
  • Utiliser la communication non violente.
  • Vivre dans le présent ici et maintenant.

4ème étape : Décodage des mémoires archaïques 

« Quand nos mémoires d’embryon nous parlent de notre présent pour nous aider à changer l’avenir ! »   – Docteur Claude Imbert –

Une petite histoire: Gérard se demandait pourquoi il cherchait toujours à « s’accrocher » dans le cadre d’une relation sentimentale. Avant sa conception, sa mère avait fait une fausse couche, et sa hantise, lorsqu’elle a été de nouveau enceinte, était que ce nouveau bébé «se décroche» ; «Si il ne s’accroche pas, il meurt». Gérard qui avait imprimé « ce programme », l’exécutait dans sa vie sentimentale : pour le réaliser, il lui fallait « s’accrocher » dans sa relation, sous peine de mourir. Extrait du livre « l’Empreinte de naissance » de Jean-Philippe Brébion

Retrouver les empreintes émotionnelles encore présentes en nous aujourd’hui permet de :

  • Prendre conscience des origines de certaines problématiques et surtout des réactions automatiques qui se répètent aujourd’hui alors qu’elles ne sont plus pertinente à ce jour.
  • Choisir de ne plus se laisser diriger, sans en avoir conscience, par des mécanismes de survie, de punition, des scénarios élaborés pour tenter d’être aimé, pour se croire capable…
  • Reconnaître en nous-même des trésors de ressources et de créativité, de renouer avec la VIE en nous. Au début, une cellule ! Et aujourd’hui ?

ÊTRE SOI, commence par se dégager de l’emprise des émotions et mécanismes de survie qui nous dominent depuis si longtemps !

La perte d’un jumeau est une empreinte particulière. 15% au moins de la population est concernée par une perte gémellaire. Il peut s’agir de vous car de très nombreuses grossesses sont initialement gémellaires puis spontanément interrompues sans être diagnostiquées. L’embryon vivant continue à se développer seul. À partir du deuil non fait et non reconnu de son jumeau, il inscrit en lui un vécu ressenti de :

  • Culpabilité d’avoir pris la place, d’avoir trahi, d’avoir tué, d’avoir abandonné son jumeau et de rester en vie.
  • Peur d’être incapable d’y arriver seul, d’être trahi, de perdre des liens.
  • Tristesse de l’absence, regret de ne pas être parti avec lui.
  • Colère, liée à son départ, envers lui, envers soi, envers maman.

Cette empreinte, parmi d’autres, est à l’origine de difficultés dans la relation à l’autre à l’âge adulte. Il est important de pacifier ce passé pour ne plus être absorbé par ces émotions qui continuent à vivre au présent, à l’âge adulte.

La naissance :
L’empreinte de naissance se manifeste inconsciemment au quotidien tant qu’elle n’est pas libérée. Là encore, il s’agit de prendre conscience de ces énergies en nous qui se sont constituées à partir du vécu concret de l’accouchement. Des événements et de l’état émotionnel de la mère au cours de la grossesse. De l’accueil qui est fait à bébé et des mémoires généalogiques.

À mon sens, aller retrouver les mémoires archaïques exige, d’avoir respecté les étapes précédentes et d’être dans un lien de grande confiance avec soi-même et son thérapeute.